LE BLOG DE DANI D'ART

23 juin 2017

AU FIL de mes JOURS

 

Les soucis ont envahi mes jours, mes nuits, ils grignotent mon temps, le Bon Temps, celui réservé à la rêverie, à l’écriture, l’imagination qui s’impose et modifie mon histoire malgré moi, dommage ! Je tourne la page.

Que vous soyez de passage, ou amis de « longue date », j’éprouve toujours une émotion au souvenir de notre rencontre; à Saujon, lors de la Cure Thermale ; dans un train, rencontres étonnantes, je suis surprise ; sur votre écran, la nuit, quand vous lisez, guidée par la Souris, vous oubliez de dormir… Je me réveille en souriant.

Mon chagrin a changé le cours de ma vie, de mal en pis, il a emprunté des chemins inconnus, je n’avais rien à y faire ; mais des éclaircies, ont balayé le ciel, m’ont donné l’occasion de dessiner un certain Espoir.

Des cadeaux de la vie, j’en ai reçu beaucoup, j’ai rencontré l’Amitié, si grande, à l’apparence multiple, à la voix émouvante. Je la garde auprès de moi pour ne pas la perdre, je la perds dans les méandres de mes pensées. Ces rêves de toutes sortes attendent de voir le jour, je les nourris, les embellis, impatiente, je voudrais qu’ils soient là,  bien réels.

 

canards

 

 

Je n’oublie pas les canards avec qui j’entretiens d’étroites relations de plumes et de mots, en gouttes d’eau. Etonnants, ils me reconnaissent à chaque passage, au bord de la Seudre, ils plongent pour me ramener quelques mots perdus dans la vase. Ces mots-là appartiennent à ma dernière conversation inachevée, je la reprendrai bientôt.

Enfin, je terminerai mon dossier « Transmission », des souvenirs à décrire, des textes qui les illustrent… un peu de nostalgie.

 

Je pourrai alors, tranquillement, reprendre mon Ecriture, y placer

des respirations, avec la sensation du devoir accompli.

 

 

 DANIDAR

22 Juin 2O17

 

Posté par danidar à 14:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


13 avril 2017

QUEL JOLI PRINTEMPS !

 

QUEL JOLI PRINTEMPS, cette année, douceur, fleurs et musiques m’autorisent à respirer plus  librement, à avoir des pensées joyeuses qui jouent en courant, attrape moi si tu peux …

Combien de « Merci » ai-je jeté sur  les fleurs pour leur beauté, pour arriver, aujourd’hui, à cette maturité qui me permet  d’accepter, sans souffrir, de me dire ça s’arrangera , malgré un nombre incalculable….de soucis.

 

Tout finira par s’apaiser,  par se noyer dans une rivière…J'ai bien un remède mais il est inattendu, particulier, hors du commun, un remède contre la souffrance morale, contre le désespoir. Je peux y rêver longtemps mais impossible de mettre en oeuvre mes projets,  de me dire ce sera demain, ou jamais. Bref, ma vie est bien compliquée, le seul moyen d’y arriver à petits pas, c’est d’en parler à une ou deux bonnes amies,  pour avoir un avis sincère.

 

  • Ce sera peut-être « pas mal, bonne idée, auras tu le courage d’aller jusqu’au bout ? Essaie au moins de commencer
  •  Ou, Bonjour tristesse, tu renonces à tes milliers de  projets , tu mets dans ta tête des petites idées sympas, tranquilles, ..…fades.
  • Prends garde, j’ai bien noté que tu as en toi une bombe à retardement, méfie-toi  l’explosion sera terrible., tu risques d’être anéantie alors,  sois raisonnable.

 

  • Et bien, j’en prends le risque, j’aime les bombes à retardement, pendant l’attente du grand boum mes idées particulières  me semblent, enfin, réalisables, merveilleuses, tellement jolies
  • que je recommence à vivre en apnée.

 

 

DANIDAR

13-4-2017

Posté par danidar à 19:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 avril 2017

Roland BARTHES

 

PETITE,

PETITE j'aimais me déguiser avec tout ce que m'offrait la mer. Des lambeaux de filets de pêcheur pour m'en faire une jupe de gitane, des jolis coquillages pour des colliers nacrés, une étoile de mer dans mes cheveux longs.

Je me trouvais alors la plus belle des gitanes et je fixai effrontement la mer, dans l'attente qu'elle me livre, celui que j'attendais.

PETITE  je m'enivrai d'une rasade de Mimosa. Si fort, si troublant, j'en étais étourdie, obligée de fermer les yeux, de m'appuyer contre le tronc, pour garder l'équilibre.

PETITE, l'amandier de la cour, dans la villa en Corse, m'attirait, je ne résistais pas, mon petit frère à l'ombre au pied de l'arbre, cueillait les amandes fraîches et je les ouvrais.On les trempait alors dans du sel et on se roulait par terre, HUM!, que c'est bon, quel délice... Après ça on courait sur la plage, et toi, dopé par les amandes, tu donnais des coups de pelle énergiques, pour avancer la construction de  ton château. Un autre délice, inoubliable, Un gateau "Fiadone" corse cuit sur une feuille de chataigner" , avec du brucchio, je vous défit de trouver meilleur goûter.

PETITE, j'aimais bien jouer au docteur, j'avais un petit frère assez docile pour m'obéir et c'était des partie de fous-

rires quand je le faisais tousser, crache je te dis, mais je n'ai rien à cracher. bon alors viens têter et après tu cracheras!

PETITE j'ai subi un premier bombardement, descendez à la cave, vite, un bruit terrible, je tremble, je pleure, je ne lâche pas la jupe de maman. Ce fut le seul bombardement,  si terrifiant, dans cette cave peinte en crépi blanc, je m'en souviens encore... 

PETITE , il m’arrivait parfois d’être un peu triste. Je m’allongeais alors sur le sable et je fixais le ciel. J’étais impressionnée de voir les nuages passer très vite, traverser des villages, des clochers. des champs. Et j’attendais alors que cette course s’arrête et emporte mon chagrin.

 

 

 

 

DANIDAR

3 Avril 2017

 

 

Posté par danidar à 07:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

19 mars 2017

IL EST ARRIVE, il est là...

 

imac-215-selection-hero-201510

 

 

Enfin, mon I Mac tant attendu est installé à la maison. J’ai débarrassé sa chambre, lavé les rideaux, aucun rapport me direz-vous, mais c’est réconfortant pour moi de voir un Mac, d’une élégance incroyable,  installé près d’un voile blanc. Sa lumière intérieure éclaire mon bureau et je jette un coup d’oeil à toutes les Applications installées sur le Dock. Il va falloir tout réapprendre, pas à pas. Je n’ai pas encore envoyé un seul mail, il fallait s’y attendre, rien envoyé, rien reçu. Ce n’est pas croyable, une quinzaine de courriers par jour avec le vieux Mac et maintenant  l’élégance, la finesse du nouveau a tout remplacée.

 

Ne craignez rien, je vais me rattraper et, pour commencer, je vais lui présenter quelques amis qui reviendront sur l’écran, régulièrement.

                 

                Soisik

                Mary

                Corinne

    • Marie-Jeanne
    • Marie-Claire
    • Monique ou  « SoeurJumelle »
    • Angèle
    • Un Point à l’endroit …
    • Marie-Claude 
    • Chantal
    • Brigitte
    • Myriam 
    • Danielle Danielle
    • Arnaud, et bien d’autres encore.

 

Nous écouterons ensemble des musiques aimées, celles qui m’émeuvent jusqu’aux larmes, celles que j’aime bien partager avec vous.

 

Assise dans un angle, près de la fênetre, je jetterai un coup d’oeil à une Muse de ma connaissance qui m’a servi dans des temps plus heureux. Nous parlions légèrement de tout et de rien, tout était sujet à rire, à dire « écoute moi bien, n’oublie jamais de me dire au-revoir pour alléger ton départ". Mais les promesses sont faites pour ne pas être tenues… les rêves pour rester à l’état de rêves.

 

A bientôt, au 3 Juillet, pour ceux qui traineront du côté de Saujon.

 

PARIS, le 19 mars 2O17

Danidar

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 18:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 mars 2017

POESIE

Travail sur l’Ecole de Rochefort

Ecrire un poème en vous servant le plus possible des rimes imposées : Soir-Désaffecté-Entendre-Mains-Plate-Destin-Etiez-Ensablés-Plus-Larmes-Moi-Foule-Prophète - Ailleurs.

 

La soirée de Décembre

 

  

Il tombe, enfin, le soir,

Dans la maison désaffectée

Où je t’attends,  depuis si longtemps.

Pourtant, il me semble entendre,

Le claquement de tes mains,

Qui frappent sur la pierre plate,

Pour sceller ton destin.

Vous étiez ensablés                                                  

Vous l’aviez déclaré,

Plus de guerre, plus de larmes,

Ensemble toi et moi,

Au milieu de la foule,

Tu jouais au Prophète.

 

A quoi bon aujourd’hui,

            Je te cherche encore,  ici ou bien ailleurs,

               Dans cette maison désaffectée,

               Où je m'endors, en t'attendant.

 

                                                  

 

 

DANIDAR

3 mars 2017

 

Posté par danidar à 08:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


12 février 2017

MELANCOLIE

 

   Ecrire un Texte,  en vous basant sur ce tableau exposé au Musée d’Orsay.

 

Atelier d'Ecriture Brassens

 Albert Bartholomé (1848-1884)

 

 Je rentre me mettre à l’ombre, je suis toute étourdie des senteurs du jardin, des couleurs qui me grisent. Je t’avais dit, accorde moi une heure de promenade et je rentre…

J’ai tant de souvenirs ici, les bouquets ravissants que je trouvais à mon réveil, l’odeur du café,  de la brioche dorée, les cris des enfants, les chamailles des plus grands.

Je reviens vers cette maison des jours heureux, sur le pas de la porte je n’ose entrer de peur de rencontrer, de ne plus reconnaître, les enfants devenus grands, de t’apercevoir, avec ton journal,  que tu lis d’un air supérieur.

Je crois entendre des invités rirent et boire joyeusement, des chaises se renversent, allons vite au jardin, il est magnifique en cette saison…

 Qu’as-tu fait de notre bonheur ? Ou s’est-il égaré ?

Si tu revenais aujourd’hui, je n’accepterai de toi,

qu’un Bouquet frais du jardin....

DANIDAR

11 Février 2017

 

image_2_face0

 

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 08:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 février 2017

DES SEMELLES DE LUXE !

 

 

Pour la première fois,  je consulte un Médecin Rhumatologue, douleur vive au pied droit ; malgré cette gêne, je suis d’humeur plutôt joyeuse.

Joli Cabinet spacieux, décoré de tableaux colorés. A l’accueil une jeune fille mignonne, soignée, accueillante comme il se doit.

Le médecin est de taille moyenne, souriant,  non très souriant, il pourrait annoncer une catastrophe, on la recevrait avec son sourire. Pour parfaire le tout, un léger embonpoint qui me fait penser à un « bon vivant ». 

Malgré la douleur, à cet instant, l’heure n’est plus à mon pied droit. Le médecin s’évade, je le suis…

   - C’est le Dr B. votre médecin référant, comment va-t-il ?

   - Bien, mais débordé, il a un monde fou ! Malgré tout, nous avons parfois des fous rires lorsque

   - je cible un ou deux patients de sa salle d’attente, il faut bien s’occuper en attendant !

  - Le médecin s’arrête d’écrire, racontez ! racontez ! me dit-il l’œil brillant...

  - Ah ! je vais le mettre en boite avec ça ?

 - Surement pas, je n’aurais plus de médecin après, chut ! Vous ne dites rien ! Et le médecin

de rire, je blaguai !

 

  La consultation reprend son cours : qui vous a fait ces semelles ?

                     Monsieur D.

                      Waouh ! Vous avez pris ce qu’il y a de meilleur!

                                         La ROLLS des semelles !

 

 

Vous vous en doutez, la formule est trop belle, pour qu’elle passe inaperçue, un cadeau pour moi. La comparaison est si inattendue, j’en oublie le médecin, je m’envole par la fenêtre ouverte, vers un parking de voitures, je choisis une Rolls couleur sable, j’installe  les semelles dans mes  chaussures et je conduis. Sur une route tranquille bordée d’arbres, je me dirige vers la campagne…

 

 

 

 

Semelle-De-Soutien-Voute-Orthopedique-Orthese-Confort-Chaussure-_1

C’est un plaisir de conduire une Rolls avec des semelles

aussi douces…

 

 

Danidar       

8 Fév. 2017     

 

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 06:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 janvier 2017

Bon anniversaire ANNIE

 

flower-918966__180

 

 

Quelle chance Annie, mais quelle chance tu as !

Souviens toi, lorsque nous étions bien jeunes, les chansons de Charles Aznavour nous faisaient rêver : "lorsque l'on tient entre les mains cette richesse, avoir 20 ans, des lendemains pleins de  promesses"... Et bien, Annie, aujourd'hui, tu les auras ces lendemains pleins de promesses, différents certes, mais 4 fois plus riches, 4 fois plus attendrissants , 4 fois plus sages,  puisque tu as aujourd'hui 4 fois 20 ans!
Longue vie à toi soeurette, avec toute mon affection.
DANIDAR
21 janvier 2017

Posté par danidar à 14:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 janvier 2017

MES RESOLUTIONS POUR LA NOUVELLE ANNEE, CELLE QUE L'ON NOMME 2017

 

 

 

Je vous mets dans la confidence, cette année qui s’annonce, j’ai décidé de changer : fini les jours de révolte où j'en veux à la terre entière, plus de chagrins, plus de colères, j’accepte sans me dérober, ce qui empoisonne ma vie.

 La gorge serrée,  je jetterai tous vos courriers, pourtant j’ai eu tant de plaisir à les lire, ceux que je cache dans ma maison, ceux qu’une amie a hébergé et d’autres qui sont partis pour une contrée lointaine.

Je garderai simplement quatre phrases, jolies, attendrissantes, une émotion inattendue,  souvenir d’un vent léger qui m’étourdissait… une promesse à venir.

Comme d’habitude, j’’écrirai souvent et je continuerai  à avoir une écriture que seuls les initiés pourront comprendre entièrement.

Je vis dans le Secret, c’est ma seconde nature. Mais quand le secret s’installe sur mon téléphone, je suis surprise, j’hésite à parler, pour la voiture que j’ai gagnée, pour la Caisse de vin qu’on va me livrer.

Toujours en  recherche de nouvelles réponses qui mettraient à la porte ces intrus,  je change de ton quand la voix du Secret prend forme,  elle m’est familière. Là, je deviens miel, « mais oui, je peux, ça ne me dérange pas ». Avouez,  c’est amusant cette histoire de secret. Elle a commencé comme une obligation et, au cours de mes écrits est devenue un atout pour entretenir mon goût du mystère, bien utile parfois…

Plus sérieusement, au cours de cette nouvelle année, j’aimerais bien réaliser deux projets un peu audacieux.

 

J’étudierai ces dossiers, j’avancerai à mon rythme, tranquille,  écoutant attentivement les  conseils des personnes concernées.

 

On m’a dit quelquefois, tu as un fort pouvoir de persuasion…alors je tente.

 

images

 

Pour cette année 2017, je vous dirai simplement :

Notre vie est faite de rencontres, pour ma part j’ai été particulièrement gâtée dans ce domaine. Au milieu de la tourmente, mes jours se sont apaisés ; plus réceptive, je me suis enrichie au hasard d'occasions étonnantes, douces, qui m’ont donné la volonté de me dépasser, d’oser m’exprimer sans me censurer, de défendre âprement ce qui me tient à cœur.

 

L’Ecriture a toujours été pour moi l’expression de moments singuliers, émouvants…  

La Musique qui l’accompagne m’a comblé.

 

Sous quelque forme que ce soit,

Qu’il en soit de même pour vous !

BONNE ET HEUREUSE ANNEE A TOUS

 

Danidar

31 Décembre 2016

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 16:05 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 décembre 2016

PRENDS GARDE à TOI

Ecriture, PRENDS GARDE, PRENDS GARDE à TOI,  te voilà après ces longues vacances que je t’ai accordées, bien involontairement…

PRENDS GARDE à TOI, Carmen  pourra te le chanter, te le danser...

Ecriture  rebelle, surveille bien ton langage, choisis les mots qui me ressemblent, de l’amitié à l’affection, de la tendresse pour raconter une histoire à peine voilée.  Sors de ton silence,  Ecriture, mes mots débordent et n’en peuvent plus de ne pouvoir les dire.

Pour écrire je te veux soumise, inventive, aligne bien tes lettres sur le bord de la ligne,  je te veux bienveillante et aimante,  exclusive, tu ne serviras que moi, jusqu’à mon dernier jour.

Je sais, je te l’ai promis,  une fois pour toute,  je sécherai mes larmes, elles n’ont plus de raisons, aujourd’hui.

Quand tu auras compris, tu prêteras serment, « je jure de te servir loyalement » nous chercherons ensemble, pour ce récit, des témoins du passé,  des regrets douloureux qui n’en finissent pas  d’empiler des « dommage » de faire des ravages,  ... Nous les écrirons à deux mains comme on joue une partition, toi avec des mots choisis, empruntés à ton Poète étranger,  moi je te révèlerai mes Secrets inavoués, bien dissimulés, ils ont pris, avec le temps, une dimension mystérieuse, à force de vivre  cachés, 

Ecriture, vois-tu, tu n’es pas seule, tu remplis bien ma vie, je te demande d’être mon Ambassadrice auprès de ma Muse qui se cache dans la nuit, qui rit et qui s’amuse de mes drôles de pensées. Je l’attends tranquillement  jusqu’au jour où je verrai des nuages sur son front.

 

Ma force vois-tu est de savoir que je suis dominante dans n’importe quelle situation, je décide, je crée  ce qui me manque, et  j’agis en douceur, pour devenir gagnante. Ma Muse qui se balade, à son insu, deviendra, ce jour là,  une charmante rencontre du hasard.

 

 

Dans la monotonie d’une vie, un seul recours pour survivre,

l’imaginaire,  qui accueille les espoirs des plus raisonnables aux plus fous.

 

 

images

 

 

DANIDAR

9/12/2016

 

Posté par danidar à 22:51 - - Commentaires [5] - Permalien [#]