LE BLOG DE DANI D'ART

19 mars 2017

IL EST ARRIVE, il est là...

 

 

 

 

 

 

Enfin, mon i Mac tant attendu est installé à la maison. J’ai débarrassé sa chambre, lavé les rideaux, aucun rapport me direz-vous, mais c’est réconfortant pour moi de voir un Mac, d’une élégance incroyable,  installé près d’un voile blanc. Sa lumière intérieure éclaire mon bureau et je jette un coup d’oeil à toutes les Applications installées sur le Dock. Il va falloir tout réapprendre, pas à pas. Je n’ai pas encore envoyé un seul mail, il fallait s’y attendre, rien envoyé, rien reçu. Ce n’est pas croyable, une quinzaine de courriers par jour avec le vieux Mac et maintenant  l’élégance, la finesse du nouveau a tout remplacée.

 

Ne craignez rien, je vais me rattraper et, pour commencer, je vais lui présenter quelques amis qui reviendront sur l’écran, régulièrement.

                 

                Soisik

                Mary

                Corinne

    • Marie-Jeanne
    • Marie-Claire
    • Monique ou  « SoeurJumelle »
    • Angèle
    • Un Point à l’endroit …
    • Marie-Claude 
    • Chantal
    • Brigitte
    • Myriam 
    • Danielle Danielle
    • Arnaud, et bien d’autres encore.

 

Nous écouterons ensemble des musiques aimées, celles qui m’émeuvent jusqu’aux larmes, celles que j’aime bien partager avec vous.

 

Assise dans un coin, je jetterai un coup d’oeil à une Muse de ma connaissance qui m’a servi dans des temps plus heureux. Nous parlions légèrement de tout et de rien, tout était sujet à rire, à dire « écoute moi bien, n’oublie jamais de me dire au-revoir pour alléger ton départ. Mais les promesses sont faites pour ne pas être tenues… les rêves pour rester à l’état de rêves.

 

A bientôt, au 3 Juillet pour ceux qui traineront du côté de Saujon.

 

PARIS, le 19 mars 2O17

Danidar

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 18:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


05 mars 2017

POESIE

Travail sur l’Ecole de Rochefort

Ecrire un poème en vous servant le plus possible des rimes imposées : Soir-Désaffecté-Entendre-Mains-Plate-Destin-Etiez-Ensablés-Plus-Larmes-Moi-Foule-Prophète - Ailleurs.

 

La soirée de Décembre

 

  

Il tombe, enfin, le soir,

Dans la maison désaffectée

Où je t’attends,  depuis si longtemps.

Pourtant, il me semble entendre,

Le claquement de tes mains,

Qui frappent sur la pierre plate,

Pour sceller ton destin.

Vous étiez ensablés                                                  

Vous l’aviez déclaré,

Plus de guerre, plus de larmes,

Ensemble toi et moi,

Au milieu de la foule,

Tu jouais au Prophète.

 

A quoi bon aujourd’hui,

            Je te cherche encore,  ici ou bien ailleurs,

               Dans cette maison désaffectée,

               Où je m'endors, en t'attendant.

 

                                                  

 

 

DANIDAR

3 mars 2017

 

Posté par danidar à 08:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 février 2017

MELANCOLIE

 

   Ecrire un Texte,  en vous basant sur ce tableau exposé au Musée d’Orsay.

 

Atelier d'Ecriture Brassens

 Albert Bartholomé (1848-1884)

 

 Je rentre me mettre à l’ombre, je suis toute étourdie des senteurs du jardin, des couleurs qui me grisent. Je t’avais dit, accorde moi une heure de promenade et je rentre…

J’ai tant de souvenirs ici, les bouquets ravissants que je trouvais à mon réveil, l’odeur du café,  de la brioche dorée, les cris des enfants, les chamailles des plus grands.

Je reviens vers cette maison des jours heureux, sur le pas de la porte je n’ose entrer de peur de rencontrer, de ne plus reconnaître, les enfants devenus grands, de t’apercevoir, avec ton journal,  que tu lis d’un air supérieur.

Je crois entendre des invités rirent et boire joyeusement, des chaises se renversent, allons vite au jardin, il est magnifique en cette saison…

 Qu’as-tu fait de notre bonheur ? Ou s’est-il égaré ?

Si tu revenais aujourd’hui, je n’accepterai de toi,

qu’un Bouquet frais du jardin....

DANIDAR

11 Février 2017

 

image_2_face0

 

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 08:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 février 2017

DES SEMELLES DE LUXE !

 

 

Pour la première fois,  je consulte un Médecin Rhumatologue, douleur vive au pied droit ; malgré cette gêne, je suis d’humeur plutôt joyeuse.

Joli Cabinet spacieux, décoré de tableaux colorés. A l’accueil une jeune fille mignonne, soignée, accueillante comme il se doit.

Le médecin est de taille moyenne, souriant,  non très souriant, il pourrait annoncer une catastrophe, on la recevrait avec son sourire. Pour parfaire le tout, un léger embonpoint qui me fait penser à un « bon vivant ». 

Malgré la douleur, à cet instant, l’heure n’est plus à mon pied droit. Le médecin s’évade, je le suis…

   - C’est le Dr B. votre médecin référant, comment va-t-il ?

   - Bien, mais débordé, il a un monde fou ! Malgré tout, nous avons parfois des fous rires lorsque

   - je cible un ou deux patients de sa salle d’attente, il faut bien s’occuper en attendant !

  - Le médecin s’arrête d’écrire, racontez ! racontez ! me dit-il l’œil brillant...

  - Ah ! je vais le mettre en boite avec ça ?

 - Surement pas, je n’aurais plus de médecin après, chut ! Vous ne dites rien ! Et le médecin

de rire, je blaguai !

 

  La consultation reprend son cours : qui vous a fait ces semelles ?

                     Monsieur D.

                      Waouh ! Vous avez pris ce qu’il y a de meilleur!

                                         La ROLLS des semelles !

 

 

Vous vous en doutez, la formule est trop belle, pour qu’elle passe inaperçue, un cadeau pour moi. La comparaison est si inattendue, j’en oublie le médecin, je m’envole par la fenêtre ouverte, vers un parking de voitures, je choisis une Rolls couleur sable, j’installe  les semelles dans mes  chaussures et je conduis. Sur une route tranquille bordée d’arbres, je me dirige vers la campagne…

 

 

 

 

Semelle-De-Soutien-Voute-Orthopedique-Orthese-Confort-Chaussure-_1

C’est un plaisir de conduire une Rolls avec des semelles

aussi douces…

 

 

Danidar       

8 Fév. 2017     

 

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 06:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 janvier 2017

Bon anniversaire ANNIE

 

flower-918966__180

 

 

Quelle chance Annie, mais quelle chance tu as !

Souviens toi, lorsque nous étions bien jeunes, les chansons de Charles Aznavour nous faisaient rêver : "lorsque l'on tient entre les mains cette richesse, avoir 20 ans, des lendemains pleins de  promesses"... Et bien, Annie, aujourd'hui, tu les auras ces lendemains pleins de promesses, différents certes, mais 4 fois plus riches, 4 fois plus attendrissants , 4 fois plus sages,  puisque tu as aujourd'hui 4 fois 20 ans!
Longue vie à toi soeurette, avec toute mon affection.
DANIDAR
21 janvier 2017

Posté par danidar à 14:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


10 janvier 2017

MES RESOLUTIONS POUR LA NOUVELLE ANNEE, CELLE QUE L'ON NOMME 2017

 

 

 

Je vous mets dans la confidence, cette année qui s’annonce, j’ai décidé de changer : fini les jours de révolte où j'en veux à la terre entière, plus de chagrins, plus de colères, j’accepte sans me dérober, ce qui empoisonne ma vie.

 La gorge serrée,  je jetterai tous vos courriers, pourtant j’ai eu tant de plaisir à les lire, ceux que je cache dans ma maison, ceux qu’une amie a hébergé et d’autres qui sont partis pour une contrée lointaine.

Je garderai simplement quatre phrases, jolies, attendrissantes, une émotion inattendue,  souvenir d’un vent léger qui m’étourdissait… une promesse à venir.

Comme d’habitude, j’’écrirai souvent et je continuerai  à avoir une écriture que seuls les initiés pourront comprendre entièrement.

Je vis dans le Secret, c’est ma seconde nature. Mais quand le secret s’installe sur mon téléphone, je suis surprise, j’hésite à parler, pour la voiture que j’ai gagnée, pour la Caisse de vin qu’on va me livrer.

Toujours en  recherche de nouvelles réponses qui mettraient à la porte ces intrus,  je change de ton quand la voix du Secret prend forme,  elle m’est familière. Là, je deviens miel, « mais oui, je peux, ça ne me dérange pas ». Avouez,  c’est amusant cette histoire de secret. Elle a commencé comme une obligation et, au cours de mes écrits est devenue un atout pour entretenir mon goût du mystère, bien utile parfois…

Plus sérieusement, au cours de cette nouvelle année, j’aimerais bien réaliser deux projets un peu audacieux.

 

J’étudierai ces dossiers, j’avancerai à mon rythme, tranquille,  écoutant attentivement les  conseils des personnes concernées.

 

On m’a dit quelquefois, tu as un fort pouvoir de persuasion…alors je tente.

 

images

 

Pour cette année 2017, je vous dirai simplement :

Notre vie est faite de rencontres, pour ma part j’ai été particulièrement gâtée dans ce domaine. Au milieu de la tourmente, mes jours se sont apaisés ; plus réceptive, je me suis enrichie au hasard d'occasions étonnantes, douces, qui m’ont donné la volonté de me dépasser, d’oser m’exprimer sans me censurer, de défendre âprement ce qui me tient à cœur.

 

L’Ecriture a toujours été pour moi l’expression de moments singuliers, émouvants…  

La Musique qui l’accompagne m’a comblé.

 

Sous quelque forme que ce soit,

Qu’il en soit de même pour vous !

BONNE ET HEUREUSE ANNEE A TOUS

 

Danidar

31 Décembre 2016

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 16:05 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 décembre 2016

PRENDS GARDE à TOI

Ecriture, PRENDS GARDE, PRENDS GARDE à TOI,  te voilà après ces longues vacances que je t’ai accordées, bien involontairement…

PRENDS GARDE à TOI, Carmen  pourra te le chanter, te le danser...

Ecriture  rebelle, surveille bien ton langage, choisis les mots qui me ressemblent, de l’amitié à l’affection, de la tendresse pour raconter une histoire à peine voilée.  Sors de ton silence,  Ecriture, mes mots débordent et n’en peuvent plus de ne pouvoir les dire.

Pour écrire je te veux soumise, inventive, aligne bien tes lettres sur le bord de la ligne,  je te veux bienveillante et aimante,  exclusive, tu ne serviras que moi, jusqu’à mon dernier jour.

Je sais, je te l’ai promis,  une fois pour toute,  je sécherai mes larmes, elles n’ont plus de raisons, aujourd’hui.

Quand tu auras compris, tu prêteras serment, « je jure de te servir loyalement » nous chercherons ensemble, pour ce récit, des témoins du passé,  des regrets douloureux qui n’en finissent pas  d’empiler des « dommage » de faire des ravages,  ... Nous les écrirons à deux mains comme on joue une partition, toi avec des mots choisis, empruntés à ton Poète étranger,  moi je te révèlerai mes Secrets inavoués, bien dissimulés, ils ont pris, avec le temps, une dimension mystérieuse, à force de vivre  cachés, 

Ecriture, vois-tu, tu n’es pas seule, tu remplis bien ma vie, je te demande d’être mon Ambassadrice auprès de ma Muse qui se cache dans la nuit, qui rit et qui s’amuse de mes drôles de pensées. Je l’attends tranquillement  jusqu’au jour où je verrai des nuages sur son front.

 

Ma force vois-tu est de savoir que je suis dominante dans n’importe quelle situation, je décide, je crée  ce qui me manque, et  j’agis en douceur, pour devenir gagnante. Ma Muse qui se balade, à son insu, deviendra, ce jour là,  une charmante rencontre du hasard.

 

 

Dans la monotonie d’une vie, un seul recours pour survivre,

l’imaginaire,  qui accueille les espoirs des plus raisonnables aux plus fous.

 

 

images

 

 

DANIDAR

9/12/2016

 

Posté par danidar à 22:51 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

11 août 2016

UNE NOUVELLE CURE THERMALE A SAUJON

Du 11 Juin au 2 Juillet 2016

 

En mémoire des victimes de la « Promenade des Anglais »

 

 

S73F2843_2

 

 

Cette année, lorsqu’enfin je suis arrivée à  SAUJON  (après un voyage fantaisiste, pour cause de grève),  j’ai compris rapidement qu’une année nouvelle était en place, celle de la  Rénovation. Bref, du changement dans l’air et je n’avais pas encore tout vu.

Curieusement,  je suis un peu triste, pas très habituel lorsque je suis  à Saujon. D’ordinaire, la joie s’empare de moi, je suis bien, contente de revoir des visages connus et d’en attendre d’autres.

 Pourtant,  pas de surprise, Stéphanie et Françoise sont à leur place, en un temps record tout est installé dans le studio que je m’obstine à occuper depuis quelques années, je finirai par l’acheter malgré les petits soucis de prises électriques ;  quand on aime on glisse sur le risque…

 Tout près du Studio, une grue se balance, la Clinique du Parc s’agrandit… samedi prochain vous visiterez,  à la nouvelle « Résidence de la Source », les 24 studios dernier cri, chic !, j’adore découvrir des  appartements neufs.

 

Sur mon téléphone, un petit mot gentil, quand tu seras installée, tu m’appelles, je te proposerai quelques sorties que nous pourrions envisager. Je souris toujours lorsque je me souviens de notre  rencontre sur internet,  assez exceptionnelle… une belle émotion.

Un petit tour sur la seule rue commerçante de la ville, bonjour à l’un ou l’autre, je constate, on aime toujours les gâteaux à Saujon …

 

Depuis quelques temps, s’est installé en  moi,  un point d’interrogation,  qui ne veut pas me livrer son énigme ; il est neutre, ni gentil, ni méchant, ses volutes m’entourent  et me gâchent un peu la vie. Il finira bien par se dissiper… et probablement, à cet instant, il me manquera. Ce qui me gêne surtout, c’est de ne pas comprendre, j’aime que les choses soient dites clairement, pour trier les mots, prendre les plus caressants près de moi et ranger dans un placard obscur, les vilaines pensées. 

Evidemment, tout le monde n’a pas le même raisonnement, alors je dois me contenter de pensées imaginaires, pour continuer ma route.

 

S73F3139

 

Dimanche, ballade le long de la Seudre, un bonjour aux canards qui ne répondent toujours pas…bizarre, bizarre, ils ont été si joyeux lorsque que nous partagions mes longues conversations téléphoniques…  au Port du Ribérou, un coucou à Edith Martin, bravo pour les nouveaux aménagements, je reconnais l’artiste... j’aime bien le jardin.

  

 

Les petits jardiniers

HISTOIRE VECUE

 

 

20160712_111313

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi, premier jour des soins, je prends mon sac de cure et je traverse le Parc. Subitement j’entends,  Pssst ! Tiens curieux, Saujon s’encanaille ? Je me retourne, rien, je lève les yeux vers la grue, elle ne fonctionne pas encore, alors c’est qui ? Je reprends ma marche, j’avance rapidement, presque arrivée à l’entrée de la cure, assis sur la margelle de la fontaine, je vois le plus adorable des petits jardiniers, gracieux, magnifique, je tombe à genoux, mon sac passe par- dessus la fontaine et je m’extasie devant tant de grâce :

 

Que tu es beau, mais que tu es beau, je n’ai jamais rien vu d’aussi mignon, un pot de terre, deux pots de terre, un tablier, te voilà transformé en petit jardinier… il me sourit, un peu complice, sûr de son succès auprès de moi. L’heure tourne, je suis en retard,  à tout à l’heure amour, je cours, j’arrache un peignoir des mains de Sabrina et je file chez  Mireille, « je suis là… j’arrive…et plouf dans la piscine ». Mireille ne me fait aucun reproche pour mon retard, plongée dans son listing, moi je n’existe plus, forcément nous avons un petit contentieux qui m’amuse encore aujourd’hui !Elle est une de mes plus anciennes muses,  

Je ne parle à personne du petit jardinier, je garde cette découverte merveilleuse, pour moi.

 

Mais tout à coup,  catastrophe,  je réalise, j’ai oublié mon appareil de photos à la maison. Je suis effondrée, au bord du gouffre. Dans un demi-coma, je termine mes soins et je cours  retrouver ma merveille. Je tremble que quelqu’un ne s’amuse à le bousculer. Je me retourne, en voilà un autre.

 

20160712_110953

Celui-ci, sur la montée qui mène à la consultation des médecins, observe la triste mine des curistes qui entrent, mais  qui en sortent, radieux…que leur dit-on ? 

 

 

 

20160712_110746

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                             Magnifique, perdu au milieu des fleurs

 

 

 

20160712_110947

 

 

 

 Le petit dernier en couche-culotte qui

a réussi une composition florale magnifique.

 

 

A partir de cet instant je vais avoir une idée fixe,  je cherche sans cesse  des appareils qui peuvent photographier. Enfin, la chance me sourit, un adolescent se promène la tête dans les nuages 

Hello ! Par hasard,  tu n’aurais pas un appareil de photos ?

Quoi,  ça n’existe plus ça ! Passez-moi votre téléphone, Waouh ! J’adore ce modèle, attendez je regarde… il a une luminosité extraordinaire (il peut, 30° en plein soleil).

Vous allez me dire tout ce que vous voulez photographier et c’est moi qui ferai le travail (je rêve, trop beau). Des photos avec un téléphone, ça ne me dit rien.

 

Et nous y allons, tous les deux, d’une plate-bande à l’autre…    

"Centre bien, les fleurs autour, le petit jardinier bien placé, tu ne trouves pas qu’ils sont mignons" 

Bien sûr, venez, il y en a d’autres plus bas,  …

10 photos sur mon téléphone, en un temps record, merci jeune homme. On vérifie, les photos sont bien là, ....

je commence à respirer calmement.

Veux-tu que je te les envoie ?

Vous plaisantez, j’en ai plein mon téléphone,  vous ne changerez jamais, un jour vous emporterez un pan de mur de Saujon !

 Tu me connais ?

 Evidemment, qui ne vous connait pas, on rebaptisera Saujon à votre nom, j’en fais le serment !

 Jeune homme ne soyez pas si excessif… Merci mille fois, tu m’as sauvé la vie …

(vous  saurez pourquoi à la fin du texte).

 

 

 

 

20160712_110900

 

 

 

 

 

   

 

 

 

Chapeau fleurs blanches pour un mariage, quel beauté ! venez

me dire que j'exagère !

 

 

LA CURE

 

 

 

Tous les curistes connaissent les soins, la piscine, les baignoires à remous, les jets, le massage sous affusion… Les salles de repos où l’on est censé se reposer, sans parler.

 

En dehors des soins, il y a le bavardage, moment suprême les retrouvailles des curistes qui font tout pour être ensemble,  aux même heures de soins. Je me dévouerai pour collecter les noms, mail, période de cure  pour essayer d’organiser des rencontres,  avec l’accord du Président du Directoire, des exercices pour appréhender l’écriture, la représentation imagée de la musique classique, la parole,… Dès ma première cure, il y a six ans,  j’ai gardé des contacts avec des femmes qui m’écrivent pour des soucis de santé et pourtant, selon la phrase célèbre qui plane à Saujon,  je ne suis pas Médecin… Je lèverai le voile sur les interrogations à mon sujet… en privé.

 

L’attente aux bains est sujette  à des expressions étonnantes : enfin c’est vous la dame du Blog, ça fait deux ans que je vous cherche, je n’en reviens pas, on peut déjeuner ensemble ? Ou bien, rue Carnot,  ça alors c’est vous ? Donnez-moi votre adresse, voici l’adresse du Blog, vous saurez tout.

 

Et ainsi le long des sièges, les curistes  et moi attendons,  comparons nos soignants, Coralie si gentille, Céline calme et efficace, Frédérique toujours une note de musique aux lèvres, Angèle l’infirmière en rose, qui passe dans les couloirs souriante,  bienveillante, m’annonçant toujours en avant première, les nouveautés de la cure,  les masseurs  extraordinaires, les remplisseuses de baignoires. Peut-être nos correspondances nocturnes ont créés un privilège et je suis devenue sa « Préférée » …Trop beau !

Cette  année j’ai eu cette question, un peu étonnante, à voix basse, vous êtes de la famille des Dubois ?? Attention, c’est la deuxième fois (Pourquoi pas). Sur un autre registre je me plains de l’éloignement du Supermarché, 1 km à pied, aussitôt Madeleine me propose, je vous accompagne le jour qui vous plaira, très serviable, gentille Madeleine, Merci. 

Ce même jour mon amie Mary vient déjeuner avec moi au restaurant du Commerce, bien connu des curistes. Les premières années c’était Bonjour Madame, Bonjour Monsieur,  

Et maintenant c’est  Bonjour comment va la famille, quelle belle robe Brigitte… on se calme la dame du Blog, c’est pour quand le nouveau compte-rendu ? Je vous ferai gentiment remarquer, je suis arrivée hier. On déjeune en vitesse et nous partons pour le village fortifié de Brouage.

Mary est à elle seule un Syndicat d’Initiative ambulant, pas besoin d’ouvrir un guide, j’en ai un à mon bras,

 Petit résumé de notre visite :

 On a vu l’Eglise, les fortifications, 

 

images-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Marie Mancini) premier amour de Louis XIV ( voir Google)

Mary a insisté pour que je visite les toilettes, effectivement un petit bijou d’originalité. Nous avons traversé Oléron par la route des Huitres, vu les Claires pleines ou vides, pas question d’en déguster, chaleur torride, une petite glace au Port de pêche de la Cotinière. La promenade fut jolie et distrayante, merci Mary.

 

tourisme-oleron-marennes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y eut d’autres promenades et un jour, en fin d’après-midi, nous allons au Temple de Médis, près de Saujon, pour assister à un

 

 Concert de Pièces vocales et instrumentales

Du XVème XVIème et XVIIème.

 

Je ne connais  personne, Mary me présente Helene Aimable qui se consacre, depuis 30 ans,  au développement de la musique et de la danse ancienne en Charente-Maritime.

Présentation des instruments anciens et le concert commence. Je peux dire une détente immédiate, due peut être à la fraicheur de la pièce et à cette musique que j’aborde pour la première fois.

A la fin, je suis enthousiaste, je félicite les uns et les autres pour ce moment de grâce, Joli succès.

 Et nous terminons l’après-midi à la Pâtisserie Dourlhes qui nous propose d’excellents thés, boissons rafraichissantes et pâtisseries délicieuses.

 

DSCN0347

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cure se termine pour moi, mon amie Danielle curiste me téléphone, c’est ton dernier jour, viens, nous  t’attendons, on dinera ensemble. Cette fille est très gentille, serviable,  nous nous écrivons régulièrement.

 

Fin de la cure, retour à la maison

 

En vitesse, je prends mon téléphone, branchement, rien sur l’ordinateur, rien, je recommence, rien, j’utilisai pour la première fois cette fonction. Je suis effondrée quand je pense soudain à Danielle qui termine sa cure. Peux-tu, STP, me prendre quelques photos du jardinier, ce que tu peux, ce sera parfait, merci  c’est très important pour moi.

Réponse : ôte moi d’un doute, tu veux que je te photographie le jardinier ? je fais un bond, que vais-je faire de la photo de Joël , le jardinier de la cure, elle n’a pas vu les petits jardiniers. Je respire et j’écris : ma chérie rien ne t’empêche de photographier Joël pour toi, mais ce que je voudrais pour moi, ce sont les tous petits jardiniers, mignons ...pas de réponse, je sens venir un malaise mais il faut que vous sachiez, je ne renonce jamais quand le sujet en vaut la peine.

 

Je couve mon ordinateur du regard,  la souffrance de l’attente je connais et je reçois enfin

"Bonne réception, Bonne journée, Bisous"

Ils sont tous là, en plein soleil, au milieu des fleurs et des papillons

Ils sont là, ils rient, les jardiniers de mon écran,

Je suis folle de joie, vite,  j’écris,  merci, merci, c’est parfait.

 

       « Je suis contente que tu sois contente »

 Phrase merveilleuse de gentillesse

Je la rangerai dans ma boite des petits Bonheurs 

 

EPILOGUE

 

 

Je découvre, pour la première fois, le petit jardinier sur la fontaine,  je le trouve mignon, son expression m’amuse et en le regardant,  rapidement une histoire s’installe.

Lors de mes  passages à Saujon, j’ai pris l’habitude de faire un compte rendu de la cure qui s’est développé au fur et à mesure  des années passées. J’ai abordé plusieurs thèmes, mes déplacements, les soignants, les administratifs, la Direction, la Ville avec ses commerçants, les jardins, l’environnement et les curistes.

Le choix des thèmes s’est imposé au cours de mes rencontres et des évènements vécus.

Cette année ce sont les petits jardiniers qui m’ont apporté un sujet magnifique. Sans les photos, je n’aurais pu vous écrire cette histoire.

 

 

TOUS MES REMERCIEMENTS

 

- A JOËL, ses petits jardiniers m’on donné un coup de pouce pour écrire, pour m'amuser, pour les fous-rires .

- Au jeune garçon qui s’est prêté gentiment au métier de photographe.

- à Mary pour sa gentillesse, ses attentions, sa générosité.

- à Danielle L. sans qui je n’aurais pu écrire cette histoire, son sourire vient à bout de toutes les difficultés.

 Mon meilleur souvenir à Thomas D. Il voulait lire le Blog, maintenant il peut…

 

 

Une Dépression peut être difficile,  étonnante, interrogative jusqu’à épuisement.

 La mienne fut très particulière,  allant du désespoir au bonheur,

dont j’ignorai qu’il en existât de pareil.

 

 

 

Danidar

11 Aôut 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 19:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 juin 2016

CE N'EST QU'UN AU-REVOIR

 

Lorsque je vous écris « Ce n’est qu’un au-revoir » ce n’est pas grand chose pour vous dire à bientôt,  mais pour moi c’est une rupture entre la vie parisienne et un séjour en Province. C’est important de comprendre que je ne suis plus là, dans mon environnement familier, mais plutôt là-bas,  dans une sorte de détente dans des eaux bouillonnantes, Jacuzzi, Piscine, Massages…

Souvenez-vous, si j’ai nommé mon Livre « Je te donne…de mes nouvelles » c’est une sorte de rappel  pour vous dire et toi,  comment vas-tu ? Je serais ravie de te savoir en forme, j’emporterai dans mon bagage un certain calme apaisant. J’aime bien nos échanges épistolaires, avec l’un ou l’autre, qu’ils soient sérieux ou  tempérés, rien ne me laisse indifférente,  je suis amenée plutôt à une réflexion que je souhaite pour le meilleur.

J’accepte tous les lieux, je m’accommode du manque de tout ce que je laisse à Paris. Je compense par la gentillesse des soignants,  les parterres fleuris qui m’enchantent. Et aussi, mes salutations à Saujon et ses habitants.

Ceci pour vous dire, famille, amis, je pars bientôt, pour changer de réseau, qui expire à chaque session, pour un repos bien mérité ; j’attendrai là-bas de vos nouvelles, sans impatience.

La condition essentielle pour partir, avoir un train qui se décide à me dire : la Voiture de Madame est avancée… pour vous faire plaisir, on a installé face à vous… une surprise, gageons que le voyage vous paraîtra très court... La SNCF est parfois très charmante!

 

BON ANNIVERSAIRE

à tous ceux qui sont nés en juin

 

images-2

 

La SNCF, en grève, se joint à moi.

 

P.S. Mon idée première était de demander à YOU TUBE de vous faire écouter, en cadeau d'anniversaire,

"les saisons- Juin- la Barcarolle

TCHAÏKOVSKI"

helas, il était en grève!!! 

 

 

DANIDAR

9 Juin 2016

 

 

 

 

 

 

Posté par danidar à 09:43 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

28 mai 2016

LE GOUT DE L'ECRITURE

 

images-1

 

 COMMENT M’EST VENU LE GÔUT DE L’ECRITURE ?

 

Le goût de l’Ecriture m’est venu lors d'une grande émotion, obligation d’écrire pour plaire, étonner, émouvoir, c’était mon seul atout pour arriver à mes fins. Ecriture de plus en plus intense, le jour, la nuit, dans les transports, les salles d’attente…

Pour embellir mes textes, des illustrations me comblent, jamais je n’ai dit, que pourrai-je  raconter aujourd’hui, l’écriture me satisfait au-delà de mes espérances, elle me parle, le virtuel devient réel quand je suis bien, mais si le mal-être s’installe, je cours vers le virtuel qui devient mon refuge.

L’écriture m’a toujours submergée telle une vague que je voyais venir, sans crainte. Avec bonheur, je me laissais engloutir, balloter par les mots, les verbes, les adjectifs, une ponctuation pour m’aider à reprendre mon souffle.

 

Pour plaire à une personne qui m’écoutait parler, j’ai écrit des Nouvelles, des poèmes, je suis devenue parolier sur des airs que j’aimais bien, des compliments d’anniversaires, un dictionnaire personnalisé. J’ai toujours crains de me tromper dans mes références littéraires, sur mon bureau, en permanence, des livres,  des citations  philosophiques,  des synonymes, de belles expressions etc.

J’affirme aujourd’hui, l’écriture est magique, je suis passée du désespoir au bonheur exaltant par l’écriture plus forte que la parole, plus révélatrice, un don qui permet la réflexion ; je suis surprise  de ce qu'elle me  dévoile. Elle a complètement évincé la lecture, livres abandonnés sur une étagère, plus tard … 

Un seul texte a été vraiment à l’origine de cet amour de l’écriture, il m’a transformée et m’a fait sortir de l’enfer, pour aller vers un bonheur d’écritures et de paroles. Des paroles affectueuses, une main tendue, des compliments … il était temps, je me noyais !

Ce bonheur est toujours présent,  aujourd’hui plus calme, plus réfléchi, chaque matin son goût renouvelé par un cadeau inattendu que m’offre le nouveau texte. Et si par hasard il réveille l’imaginaire débordant qui sommeille en moi, il me ravit et me pousse vers d’autres promesses. Tout est prétexte à écrire, un regard, une émotion, un chagrin, un nuage... Je ne dors plus et je bénéficie des retombées de mon art par un  prolongement,  surtout si ma Muse est dans ses meilleurs jours…

 

"L'Ecriture est un Art, un Chant de l'âme, un Don.."

 

DANIDAR

Mai 2016

flower-918966__180

 

Posté par danidar à 19:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]