is, Pascale, sais-tu pourquoi, moi je ne  comprends pas ?

 

P ourquoi, moi qui t’aime si fort, je n’arrive pas à dire d’un ton si naturel le verbe

A imer, que j’ai du mal à conjuguer, au présent, au futur à tous les temps passés ; 

S ais-tu, par quel mystère des sentiments profonds  m’empêchent  de te parler 

ruelle incertitude,  silence ou paroles éveillent toujours en moi une culpabilité, 

A ne pouvoir te dire  que tes qualités   d’intelligence, réflexions pondérées, d’écoute, de travail méthodique, de sang froid quand il s’agit de faire face à l’urgence, font de toi une fille que j’aime  profondément avec de grandes capacités,  une personnalité  qui n’appartient qu’à toi.

a fête d’Anthony, pour ne citer que ça, tu m’as vraiment surprise, quand ta joie si présente a permis aisément de bien nous régaler d’un plat sophistiqué.

E t je voudrais te dire, qu’importe nos paroles exprimées ou muettes, au fond de notre cœur, nos sentiments sont là renforcés chaque jour, très présents, et très forts en amour.

 

Danielle DARMON 

22/2/2010