Merveilleuse amie, ta présence discrète me plaît, 

Assise auprès de moi, tes conseils m’apaisent, m’enveloppent  et me calme,

Rarement tu désapprouves, tu guides plutôt ou préconise, ton esprit de synthèse opère,

Inquiète, je le suis souvent,  tes souvenirs amusants semblent dire « moi aussi  vois-tu ! »

Emue par ta confiance, mes sentiments excessifs t’adressent un serment : jamais  je n’oublierai !

 

Calmement tu assures les repas, tes soins en cure, tu organises des visites de Châteaux, tu me présentes Bagnoles,

Liste des bons restaurants, et quand je m’extasie devant des fleurs ou des compositions, tu ris,

Arrête, calmes-toi, tu vas en voir beaucoup d’autres, garde de la place dans ton appareil de photos.

Installées tranquillement à la maison, nous allons faire une explication de textes pour m’aider ;

Résultat, pas de moqueries, d’un ton léger qui se veut apaisant,

Ecoute, avec le temps tout s’arrangera, en attendant,

si tu veux, on danse  sur un air de notre jeunesse, j’ai retrouvé la  musique :

 

BESAME MUCHO ! Tu t’en souviens ?

 

Danielle DARMON 

Paris le 16 Août 2010